Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Classe 4000 France

Sanguinet ou la régate au pays des canards

9 Novembre 2013 , Rédigé par laser4000 Publié dans #Régates

Bon bon bon, j’essaie de me coller à rédiger le compte rendu de la Skiff Cup 2013 depuis deux jours, mais j’avoue être un peu en panne d’inspiration. Pour ceux que ça n’intéresse que très moyennement, c’était bien… et plus que ça ; c’était humide… et plus que ça ; c’était intense et fort, ça c’est certain !

 

 

Pour ceux que ça intéresse, essayons de revenir un peu plus dans le détail même si ma mémoire commence à tout mélanger. Pour commencer, un peu de zic dans mes oreilles, vous voulez quoi ? Ok, allons-y pour Morcheeba, on passera a du plus énervé sur la fin mais pas de noir’dez parce que ça m’a coûté une prune sur l’autoroute à l’aller ! Quelle transition ! Donc nous voilà partis de la Provence avec Romain, la voiture est chargée comme un supporter marseillais un soir de derby Nord/Sud et justement la Skiff Cup de Sanguinet constitue l’une des deux régates de rassemblement de l’année inscrite à la fois sur le calendrier Sud et le calendrier Nord. S’ajoutait aux protagonistes Breizhskiff, la présence des jeunes énervés du pôle espoir de la Baule et du pôle France de Marseille, histoire de nous rappeler que nous aurions pu commencer la voile une vingtaine d’années plus tôt ! En résumé, 53 bateaux inscrits et un gros niveau sur l’eau. Disons pour faire simple que nous ne comptions pas naviguer au-delà du dernier quart de classement mais qu’importe, le spectacle de l’avant de la flotte était magnifique, même s’il a parfois donné lieu à quelques croisements un peu tendus comme un …(non, on ne va pas la faire celle-là) !

Sept Laser 4000 et ça, pour nous qui découvrons le support, c’était super de pouvoir comparer les réglages à terre et sur l’eau. (Merci encore The Gab pour le prêt du foc !).

En ce qui nous concerne, avec nos deux régates d’expérience, l’objectif majeur était de choisir définitivement nos postes pour la saison à venir. C’est chose faite, Romain gardera la barre et je ferai le singe. Les résultats semblent être plus probants dans cette disposition et nous cela nous permet de sortir plus facilement la tête du bateau.

 

Les deux courses du vendredi, dans une météo tendance pétolesque, seront pour nous marquées par deux départs plus que catastrophiques où, faute de placements corrects et de capacité à lancer le bateau au bon moment, on part bon dernier et on avale de la fumée jusqu’au nombril. On sauve les meubles en restant relativement centré et par une bonne vitesse au portant. Pour les 4000, on retiendra de cette première journée le cap et la vitesse indécente de Thierry et Yannick, la régularité de Gab & Minigab, les placements de Baptiste et Iris qui ne font jamais d’erreur, les grimaces de GG (et les rires de Patrice) qui ne supporte pas le petit temps et la découverte de nos compagnons de jeu pour ces trois jours : Vincent équipé par Gaëtan, un petit jeune du CVS, et les Alix’s brothers. Je ne vous donnerais pas les classements intermédiaires car je ne m’en souviens plus hormis que l’on est 35e, qu’il me semble que Thierry team est 15 et que GG et Patrice sont déjà à une quinzaine de point devant nous.

 

La journée du samedi n’est pas super engageante, pluie et pas trop d’air.

De notre côté, les départs sont beaucoup plus sérieux. La ligne est plus neutre. On cherche à partir dégagé sans privilégier le côté favorable. Les vitesses entre 4000 se sont rapprochées et tout notre petit monde reste assez groupé. Le vent rentre dans la dernière course du jour et nous offre enfin quelques sensations. Nous retiendrons surtout cette manche car nous étions à la lutte avec Baptiste/Iris et The Gab’s family et une petite erreur de barre à l’empannage nous coûtera un dessalage fatal. Dommage.

Thierry est Yannick n’ont pas eu la même réussite que la veille, probablement dû à une modification conséquente des réglages du gréement. Baptiste et Iris confirme leur leadership avec notamment une manche de 4 ! Bravo Bravo (ben voui, c’est le nom du canot si je ne m’abuse !)

 

Dimanche les grains se succèdent et un clapot résiduel rend la progression au près un peu compliqué. Nous avons du mal dans les phases de relances. Malgré un départ correct sur la première course, on perd beaucoup de terrain. On peine à rester au contact des autres 4000 sur le premier tour même si le premier bord de spi nous permettra de recoller. La seconde remontée au vent est un peu particulière. Les trois 4000 de tête envoient à gauche sur une grosse ado et on choisit de favoriser la droite d’autant qu’il nous semble y avoir plus de pression… et effectivement l’arrivée d’un grain assez fort redistribue complètement les cartes. On touche le vent fort dans le dog leg et un petit coup d’œil devant nous incite à ne pas envoyer la bulle. Ca part très très vite et on se sent bien. Une bascule de 40° nous emmène direct sur la bouée sous le vent et nous oblige à tirer deux bords sur le dogleg d’arrivée. Au final, on fait une très belle course (8e au général), mais comme le dit Baptiste, on a sûrement un coup de chance.

Je me souviens peu de la dernière course hormis que cela ne devait pas se passer si mal puisque on était avec Gab & fils après une belle remontée sous spi… et que paf, dessalage stupide à l’affalage. Le ressalage a pris du temps et on repart avec les Alix’s Brothers et Thierry/Yannick pour une remontée au près pénible, un passage de bouée tous ensemble et une redescente qu’on a perdu en étant un peu over sur la layline tribord.

 

Voilivoilou quelques souvenirs vu de l’intérieur du 4000 mauzacois. Ce serait probablement bien différent vu par les autres équipages mais je suis à peu près sûr que le plaisir de naviguer en flotte a ravi tout le monde.

Pour nous les objectifs sont atteints et on a engrangé de belles expériences. Les manœuvres que nous n’avons jamais eu l’occasion de travailler rentrent de mieux en mieux. Les automatismes arrivent gentiment depuis que nous avons déterminé les rôles de chacun. L’expérience des départs en flotte un peu dense était une première pour Romain et il a su s’adapter dès la seconde journée. Il nous tarde désormais de commander notre jeu de voile car cela nous a vraiment manqué, surtout les petits airs des deux premiers jours.

Nous étions ravis de passer ces quelques jours avec d’autres 4000 et un grand merci à tous pour votre accueil dans la classe.

 

Le classement L4K :

 

18e/53 : Baptiste et Iris

25e : The Gab’s family

27e : Thierry & Yannick

31e : Manu & Romain

34e : GG & Patrice

35e : Côme & Pierre

40e : Vincent & Gaëtan

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article